La portabilité bancaire, souhaitable et techniquement possible

Démarche pour changer de banque

De la mobilité bancaire qui a fait l’objet de plusieurs débats est ressorti des possibilités de mise en œuvre de cette innovation. Parmi ces possibilités, l’une d’elles a retenu l’attention des pouvoirs publics, qui selon eux la portabilité bancaire, souhaitable et techniquement possible.

De la portabilité bancaire

C’est théoriquement envisageable d’adapter le modèle du système téléphonique au processus bancaire. La portabilité bancaire, souhaitable et techniquement possible depuis l’entrée en vigueur de la loi Macron qui favorise le changement d’un établissement bancaire vers un autre. Seulement, la portabilité, consiste au fait que le concerné, c’est-à-dire, celui qui souhaite enclencher la procédure de mobilité soit à même de conserver le même numéro de compte bancaire quel que soit le lieu ou la banque qu’il aura choisi.

Mais comment cela peut-il vraiment être possible si l‘on mesure la complexité des démarches attachées au bénéfice d’un service de banque. Un rapport souligne que cette réforme amoindrirait les coûts des services bancaires et ferait jouer la concurrence à qui veut s’attirer plus de client d’autant plus que les banques en ligne font progressivement leur entrée dans ce sens. En effet, la portabilité bancaire, souhaitable et techniquement possible, continue de faire l’objet d’études approfondies, puisqu’il est prévu avant fin septembre 2019 une suite concrète, notamment une proposition législative s’il y a lieu sur la question.

A sa faisabilité effective

La portabilité bancaire, souhaitable et techniquement possible, est envisageable lorsqu’on la compare au système téléphonique. Il s’agit ici également de rompre avec l’affiliation du numéro de compte rattaché à un gestionnaire de compte spécifique, et de se voir attribuer un autre gestionnaire de compte pour parler de portabilité au vrai sens.

C’est un procédé fiable et sans détour, puisque le client ne change à aucun moment de numéro de compte, la portabilité bancaire, souhaitable et techniquement possible se traduit par le fait que les mouvements habituels sont gardés en l’état, virements, chèques ou prélèvements. L’unique période à répertorier repose sur la mutation entre la banque principale et la nouvelle banque.

La mise en œuvre de cette réforme reste complexe en pratique, car les numéros bancaires sont uniformisés à l’internationale et sont constitués de la codification du BIC et de l’IBAN. Un fichier de correspondance entre la banque originaire du numéro de compte et la banque future doit être établi en temps réel pour faciliter un suivi optimal de cette portabilité.

ch be lu ca